Les étapes clés

Lorsqu’il crée Marineland en 1970, le Comte Roland de la Poype se donne pour mission de faire connaître la vie des animaux marins à un large public : « A cette époque, les dauphins, tout comme les orques, les éléphants de mer ou les phoques n’étaient que du gibier. Chassés pour leur fourrure, leur huile ou leur chair, ils étaient massacrés dans l’indifférence générale. En créant Marineland, j’ai voulu sensibiliser l’opinion ».

Dès son lancement, le zoo marin d’Antibes crée un espace pour les oiseaux blessés ou épuisés. Ils y étaient soignés et nourris avant d’être relâchés dans la nature. En juillet 1976, un bébé phoque gris orphelin est confié à Marineland, seule structure adaptée, afin que « Chouchou » puisse retrouver des congénères et une vie marine plus adaptée. Ce phoque a ensuite vécu paisiblement une trentaine d’années au sein de Marineland, qui, dès le départ, a voulu remplir une mission de préservation des espèces. 

Des compétences en reproduction développées dans les années 80

Au cours d’une expédition réalisée aux îles Kerguelen en 1985-1986, des œufs de fin de ponte de manchots royaux ont été prélevés par une équipe scientifique du service des Terres Australes et Antarctiques françaises. Ces œufs, ayant été pondus trop tardivement dans la saison subantarctique (en mai alors que la période de ponte est entre janvier et mars), ils étaient condamnés. Il a été décidé de les rapatrier à l’abri dans une couveuse, puis de les transférer et de les faire éclore à Marineland. Sur 52 œufs, 23 ont éclos et 18 poussins ont été viables, une chance pour ces individus et un franc succès pour une expédition pionnière en la matière.

Le premier bébé otarie viable est né à Marineland en 1989. Il s’agissait d’une petite femelle otarie de Patagonie, Marineland a ensuite développé des compétences en reproduction des otaries de Californie puis sur de nombreuses espèces. Dans le monde des aquariums, Marineland est aujourd’hui une référence en matière de reproduction naturelle des certains requins ou poissons tropicaux. En 1999, Marineland réussissait toutes les étapes de la reproduction des requins gris, depuis l’accouplement jusqu’à la mise bas des petits viables. Depuis, plus de 200 petits requins gris sont nés à Antibes et ont peuplé des aquariums dans le monde entier, ce qui leur évite de les prélever en milieu naturel. Marineland est également le premier zoo à avoir réussi à boucler le cycle de vie de la tortue Caouanne.  

Héberger des espèces sauvages est une grande responsabilité.  Cela nécessite de fournir un environnement propice à la reproduction naturelle des espèces accueillies pour non seulement garantir leur bien-être mais également assurer la conservation de leurs congénères en milieu naturel. (lien vers page Compétences en reproduction).

Création du centre de Recherche sur les Cétacés en 1998

Dans les années 90, Marineland se distingue dans un nouveau domaine, celui de la Recherche, et se dote d’une structure scientifique permanente. C’est l’une des très rares structure privée en Europe à le faire. Le CRC s’est principalement focalisé sur l’étude des cétacés de Méditerranée et les programmes scientifiques sont menés toute l’année en milieu naturel, mais aussi avec les animaux du zoo. Les travaux ont permis d’approfondir les connaissances sur l’écologie des dauphins et des baleines, et ainsi de veiller à une meilleure protection des cétacés. Les thèmes étudiés sont nombreux : présence des espèces, zones de migration, abondance des populations etc. Ces travaux ont contribué à la création en 1999 du sanctuaire méditerranéen pour les mammifères marin Pelagos, un espace maritime de 87 500 km² entre la France, Monaco et l’Italie.

Clinique vétérinaire et fondation Marineland dans les années 2000

La santé des animaux a toujours été une priorité pour les équipes animalières de Marineland. Pendant 38 ans, les animaux marins étaient soignés par un vétérinaire qui venait spécialement de Grande-Bretagne en fonction des besoins et des soins nécessaires. En 2008 Marineland se dote d’une structure spécialisée, une clinique vétérinaire avec des moyens techniques modernes. Le vétérinaire et son équipe, spécialistes des animaux de la faune sauvage, assurent le suivi quotidien des animaux, mettent en place et encadrent des protocoles de prévention sanitaire et de sécurité. Ils contrôlent l’hygiène et l’alimentation des pensionnaires et bien sûr leur suivi médical. (lien vers page Soigneurs et vétérinaires).

En 2010 Marineland franchit une nouvelle étape dans sa mission de conservation des espèces et de sensibilisation du public. Le zoo crée sa Fondation afin de développer des projets d’intérêt général, tournés vers le monde marin et ses habitants. Des programmes de conservation et de réhabilitation d’espèces menacées voient ainsi le jour grâce aux actions de la Fondation. Les projets sont à l’initiative de la Fondation ou menés en collaboration avec d’autres partenaires. 

En 2011, cette structure change ses statuts et devient l’Association Marineland comme on la connaît actuellement. Elle a pour objet de développer, promouvoir et favoriser la conservation des espèces animales et la sensibilisation du grand public à l’environnement marin. 

Billets en ligne dès

24,90 €