Cumplimos con todas las medidas contra el Covid-19. Consulta nuestro plan completo para que, entre todos, hagamos del parque un lugar seguro. Ver detalles

Le saviez-vous ?

Le zoo marin Marineland fonctionne conformément aux meilleures pratiques professionnelles françaises et européennes. Marineland est agréé et certifié par les autorités françaises sur la base d’inspections, par l’association française des parcs zoologiques (AFdPZ), l’association européenne pour les mammifères aquatiques (EAAM), l’association européenne des zoos et des aquariums (EAZA), et par American Humane. Marineland respecte la directive européenne de mars 2004 concernant les installations et les règles de fonctionnement des établissements zoologiques fixes. Marineland suit rigoureusement la règlementation en vigueur en matière de sécurité, d’hygiène et la taille de ses bassins est largement supérieure aux normes internationales.

Marineland est un acteur engagé et responsable, qui a pour mission prioritaire la santé et le bien-être de ses animaux. Face aux fausses informations et aux idées reçues à propos de Marineland et des zoos certifiés, retrouvez ici les réponses aux principales interrogations.

Santé et bien-être animal

  • Saviez-vous que Marineland fait partie des sept zoos et aquariums d’Europe certifiés par « American Humane " (™)?

    Humane Conservation (™) est le programme de certification le plus récent conçu par l’Association American Humane, le plus grand organisme de certification du bien-être et du respect des animaux au monde. La certification "Humane Certified" (™) est délivrée sur la base du respect de normes scientifiques et factuelles de bien-être et de respect des animaux, évalué par des experts indépendants. Actuellement sept zoos, aquariums ou centres de conservation qui se sont vu attribuer cette certification en Europe. A ce jour, en France, Marineland est la seule institution zoologique et Nausicaá le seul aquarium certifiés "Humane Certified" (™) : http://humaneconservation.org/certified-parks/.

  • Saviez-vous que la qualité de l’eau des bassins est contrôlée quotidiennement afin de répondre à des standards de qualité très élevés ?

    Tous les bassins de Marineland bénéficient d’une eau de mer naturelle et d’un contrôle rigoureux 365 jours par an. Les paramètres tels que pH, salinité, chlore, sont surveillés par les animaliers qui effectuent des analyses 2 fois par jour 365 jours par an pour chaque bassin. Les résultats sont consignés dans un registre. Un suivi par télémétrie est assuré en continu par une entreprise spécialisée dans le suivi de la qualité de l’eau. Un laboratoire indépendant intervient tous les mois pour réaliser des prélèvements dans chaque bassin. Les résultats sont communiqués directement à la préfecture. L’eau présente dans les bassins est puisée en Méditerranée, à 700 m au large et à 70 m de profondeur pour en assurer la qualité et une température constante de 14°C toute l’année.

  • Saviez-vous que le régime alimentaire des cétacés hébergés en zoos est calqué sur leur alimentation en milieu naturel ?

    Le grand dauphin est un prédateur opportuniste.  S’il est vrai que plus de 30 espèces différentes de poissons ou autres proies marines peuvent faire partie de son menu, le dauphin favorise une proie dite primaire (une espèce abondante et facile à consommer présente dans son environnement à une saison donnée) qui constitue entre 50 et 75 % de son alimentation.  Il complète ce régime alimentaires avec des espèces secondaires (+-25%) et tertiaires (<10 %).  Les proies primaires et secondaires représentent à peu près 5 espèces en tout. Par exemple, le régime alimentaire des dauphins dépend de l’abondance locale d’une proie. Les dauphins de la baie de Moray Firth en Ecosse vont manger essentiellement du saumon du printemps à la fin de l’été pour basculer sur hareng et maquereaux tout le reste de l’année. Le menu proposé aux grands dauphins présents à Marineland varie en fonction non seulement des besoins de l’espèce mais également de l’individu, de son état physiologique (jeune, adulte, femelle gestante, femelle allaitante, …), de la saison.  Les espèces de poisson sélectionnées en plus de faire partie du régime alimentaire naturel du grand dauphin doivent, pour des raisons éthiques évidentes, également être issues d’une pêche éco responsable qui tient compte du statut IUCN, du stock, de la technique de pêche utilisée, du respect de la taille minimale de pêche et de la saisonnalité de pêche. Ainsi, l’alimentation est continuellement adaptée en qualité et quantité. Une dizaine d’espèces de poisson peuvent donc faire partie du menu : du hareng atlantique, du hareng baltique, du maquereau espagnol, de l’anchois, du merlan blanc, du merlan bleu, de bogue, de la sardine, du chinchard, du merlu, du rouget...

  • Saviez-vous que les dauphins et les orques sont nourris tout au long de la journée et à satiété ?

    Chaque animal reçoit chaque jour une quantité et une qualité de nourriture qui correspond à ses besoins nutritionnels précisément déterminés par l’équipe vétérinaire, le capacitaire, le responsable animalier et les soigneurs. Les animaux sont nourris de nombreuses fois par jour et en fonction de leur appétit ce jour-là, indépendamment de leur participation à des présentations éducatives. Les dauphins et les orques sont par exemple nourris entre 5 à 20 fois par jour ad libitum (jusqu'à ce qu’ils soient pleinement satisfaits).

  • Saviez-vous que les dauphins participent volontairement à leurs examens médicaux ?

    En médecine humaine comme en médecine vétérinaire rien de tel que la prévention. C’est ce qu’on appelle la prophylaxie. L’équipe vétérinaire de Marineland réalise régulièrement des examens de routine qui permettent de suivre l’état de santé de chaque individu.  Les dauphins participent volontairement à cette veille médicale grâce à la complicité et la confiance qui les unissent aux soigneurs.  Les animaux ont appris de nombreux comportements médicaux qui rendent ainsi le suivi médical, ou si nécessaires les soins, extrêmement facilités et non stressants. Ceci représente un atout pour leur bien-être qui est, comme toujours, la priorité de Marineland.

  • Saviez-vous que les présentations et animations pédagogiques sont utiles pour les dauphins en institution zoologique ?

    Des études montrent que les présentations animalières, les animations pédagogiques et les interactions avec les visiteurs stimulent physiquement et mentalement les dauphins, ce qui contribue à leur santé et leur bien-être. Après avoir participé à des représentations ou à des interactions, les dauphins étudiés ont exprimé une grande variété de comportements, de styles de nage et de comportements de jeu, ce qui suggère que représentations éducatives et interactions dans les zoos représentent une part essentielle des programmes d’enrichissement de l’environnement des dauphins. Pour en savoir plus : Miller, L, Mellen, J, Greer, T & Kuczaj, S (2011). The effects of education programmes on Atlantic bottlenose dolphin (Tursiops truncatus) behaviour. Animal Welfare. 20.

  • Saviez-vous que les compétences cognitives des dauphins sont régulièrement sollicitées au sein de zoos marins, comme elles pourraient l’être dans la nature ?

    Les soigneurs-animaliers portent une attention toute particulière à la stimulation des animaux dont ils ont la responsabilité afin qu’ils soient autant, voire plus stimulés que leurs congénères sauvages. Dès lors, l’apprentissage de comportements et les jeux occupent une place toute particulière dans la journée des cétacés, sollicitant leur attention, leur vigilance et leur mémoire, en groupe ou individuellement. De plus, les présentations éducatives auxquelles ils participent les poussent à utiliser leurs aptitudes physiques, leur mémoire, leur coordination…

  • Saviez-vous qu’il existe des formations pour devenir soigneur-animalier ?

    Ce métier hors du commun, de passion, permet de vivre des moments uniques avec les animaux mais est aussi très exigeant. Le soigneur-animalier est garant de la santé et du bien-être des animaux puisqu’il doit être en mesure de détecter le moindre comportement particulier de la part d’un individu.  Dans ce cas, il alerte le vétérinaire qui vient évaluer la situation, prescrit des examens dont les résultats vont déterminer si un suivi spécifique ou un traitement est nécessaire ou pas. Le soigneur est garant de l’entretien et l’hygiène des lieux de vie des animaux. Il réceptionne également les livraisons de poissons et en gère le stock.  Il prépare et distribue la nourriture aux animaux en fonction de leurs besoins alimentaires.

    Il existe deux principaux parcours pour devenir soigneur-animalier dans une institution zoologique. Le premier convient aux personnes qui désirent faire de plus longues études, en optant pour un cursus universitaire tourné vers les facultés de biologie ou de psychologie. 

    Autre option, entrer dans une école de soigneurs animaliers. Cette voie présente l’avantage d’intégrer le terrain plus rapidement grâce à de nombreux stages en milieu zoologique. Ils offrent aux nouvelles recrues l’opportunité de se former rapidement et d’entrer en contact avec de véritables professionnels. Pour les aquaristes, des études scientifiques (Aquaculture, licence de biologie par exemple) sont nécessaires complétées généralement par une école d'Aquariologie.

  • Saviez-vous que les dauphins nés en parcs zoologiques vivent en moyenne aussi longtemps, voire plus que les dauphins à l’état sauvage ?

    Selon une étude réalisée aux États-Unis, l'espérance de vie médiane actuelle des dauphins en parcs zoologiques est de 29,2 ans. L'étude montre également que la survie des dauphins en parc zoologique est « significativement plus élevée » que pour les deux populations de dauphins les plus étudiées à l’état sauvage (voir le graphique). Pour les humains comme pour les animaux, taux de survie et espérance de vie sont des indicateurs communément admis de la santé et du bien-être des êtres vivants. Pour en savoir plus: Jaakkola, K. and Willis (2019). K. How long do dolphins live? Survival rates and life expectancies for bottlenose dolphins in zoological facilities vs. wild populations. Marine Mammal Science, DOI: 10.1111/mms.12601.  LIRE L'ÉTUDE COMPLÈTE

Éducation et sensibilisation

  • Saviez-vous que Marineland aide le public à mieux comprendre le monde animal et la biodiversité marine ?

    Les soigneurs-animaliers et l’équipe pédagogique du zoo Marineland Côte d’Azur proposent chaque jour près d’une vingtaine des présentations animalières et rendez-vous éducatifs, constamment renouvelés, portant sur la biologie, la conservation et les soins à apporter aux espèces marines. L’esprit initial et visionnaire – transmettre la passion pour le monde marin - anime toujours Marineland et permet à ses milliers de visiteurs de vivre des moments inoubliables tout en les sensibilisant à la protection des espèces marines.

    Marineland cherche à rapprocher l’Homme de l’Animal. Plusieurs auteurs ont également prouvé que cette interaction avec les animaux était essentielle pour faire prendre conscience aux visiteurs de l’importance de la préservation de la biodiversité terrestre et marine afin de susciter chez eux des actions en faveur de la conservation (Miller, L. J. et al (2013)).

  • Saviez-vous que les groupes sociaux de dauphins dans les zoos s'inspirent de la structure sociale des groupes de dauphins dans la nature ?

    En milieu naturel, les dauphins privilégient une organisation sociale appelée « fission-fusion ». Cela signifie que les dauphins ne passent pas nécessairement toute leur vie avec les mêmes individus, mais font plutôt partie de sous-groupes primaires qui s’associent, changent et évoluent au fil du temps. Ces groupes sont souvent composés de 2 à 15 individus (Wells, R. S. (2009) [98]). La structure sociale et la socialisation dépendent largement des liens d'affiliation, des classes d’âge des individus, des parcours de vie et des comportements. Les groupes sociaux des dauphins présents dans les zoos de l’EAAM (Association européenne pour les mammifères aquatiques) répondent aux besoins des animaux.

  • Quelle est la position de Marineland par rapport au massacre de dauphins dans la baie de Taiji au Japon ?

    Taiji est une petite ville japonaise reconnu comme une ville baleinière depuis le 17ème siècle. Une violente chasse sur les cétacés (principalement des dauphins) y est organisée chaque année à partir de septembre à décembre. Les dauphins sont apeurés, rabattus vers la baie et massacrés. Les dirigeants de Taiji affirment qu’ils pratiquent une pêche traditionnelle et ancestrale et environ 20.000 dauphins sont ainsi massacrés chaque année pour leur viande. Au cours de cette chasse, les plus beaux et rares spécimens sont isolés pour être capturés et certains sont revendus à des zoos. Marineland condamne cette pratique totalement archaïque et barbare et a toujours pris vigoureusement position contre ces massacres et les trafics d’animaux en communiquant dès que possible auprès du grand public. Marineland est agréé par l’EAAM (European Association for Aquatic mammals), qui s'est opposée dès 2007 aux pratiques de Taiji dans une déclaration signée à Antibes, avant que le grand public prenne connaissance du documentaire « The Cove - La Baie de la honte » en 2009. Aucun dauphin ou orque du zoo marin d’Antibes ne provient du Japon. Les dauphins présents à Marineland sont originaires de Floride et les orques d’Islande. Les premiers dauphins qui avaient été hébergés dans le zoo marin Marineland – pour rappel créé en 1970 - avaient été prélevés à une époque où la loi réglementait les captures. La réglementation a heureusement beaucoup évolué. Aujourd’hui en France, il est formellement interdit de capturer, tuer ou vendre les dauphins qui sont des espèces protégées (Convention de Washington ou CITES). Cette règlementation est bien sûr respectée par Marineland, les dauphins s’y reproduisent depuis 3 générations et les orques depuis 2 générations. De plus, tous les animaux présents en zoos en Europe sont contrôlés et répertoriés auprès des autorités de leurs pays. Marineland accueille un grand nombre d’espèces protégées et travaille en relation étroite avec tous les organismes de contrôles nationaux, européens et internationaux. La réglementation européenne est la plus draconienne au monde, tous les cétacés sont classés en Annexe I (le degré de protection le plus élevé). Il est totalement illusoire de penser que l’on peut faire entrer un cétacé sur le territoire français en échappant à ces organismes de surveillance, et c’est une très bonne chose pour toutes les espèces menacées dans leur environnement naturel. Enfin, il est nécessaire de rappeler que l’Association Marineland participe à des actions de conservation des espèces animales in situ. Depuis 2012, l’Association mène un programme de conservation des tortues marines en Méditerranée.

  • Saviez-vous que les dauphins sont des animaux qui se déplacent peu si la quantité de nourriture de la zone dans laquelle ils se trouvent est suffisante ?

    En effet, les grands dauphins de la Baie de Sarasota en Floride occupent la même zone pendant au moins 25 ans tandis que les dauphins présents en Australie occidentale ont été observés dans les mêmes zones côtières depuis près de 20 ans (Gubbins, 2002). De plus, les dauphins côtiers observés sur les côtes californiennes passent la majeure partie de leur temps à se déplacer dans des « corridors » à moins de 50 m de la côte (Bearzi, M., et al, 2009).

  • Saviez-vous que les dauphins ne mâchent pas leur nourriture ?

    Chez les cétacés, les dents ont un rôle limité lors de l’alimentation puisqu’elles ne servent qu’à attraper les proies et non les mâcher. En effet, les dauphins avalent leurs proies entières ce qui implique d’avoir un système digestif très efficace. L’acidité gastrique des dauphins compte parmi la plus élevée du règne animal et deux estomacs supplémentaires par rapport à l’Homme permettent de broyer les aliments à l’instar de ce qui se produit chez l’humain lors de la mastication.

  • Saviez-vous que c’est le film Sauvez Willy (1993) qui a popularisé une idée reçue selon laquelle le manque d’exercice et l’ennui provoquent l’affaissement de la nageoire dorsale chez les orques ?

    Cette idée régulièrement relayée par les opposants à la présence de cétacés en institutions zoologiques est fausse et cela a été prouvé par la communauté scientifique. Pendant le tournage de la partie concernant la vie de Willy en bassin, un mâle à la nageoire penchée, Keiko, a tenu le rôle. A la fin du film, quand Willy est observé en milieu naturel, des images en milieu naturel d’un autre mâle à la nageoire dorsale droite sont utilisées, suggérant alors que le retour à la nature a permis de la redresser. Or, une étude scientifique à ce sujet démontre clairement que l’aileron flaccide n’est en rien associé à un manque d’exercice ou à un quelconque état émotionnel. (Alves, F. et al., 2018). On trouve d’ailleurs des orques à l’état sauvage présentant ce même type d’aileron replié.

Recherche et conservation

  • Saviez-vous qu’en plus d’œuvrer pour la conservation des cétacés, Marineland se mobilise pour la protection d’autres espèces marines ?

    Cela fait près de 10 ans que Marineland s’est engagé pour sauver l’une des dernières colonies de phoques moines de Méditerranée (localisée en Mauritanie au Cap Blanc), grâce à une collaboration avec CBD Habitat. Ce programme de sauvegarde repose sur l’éducation des plus jeunes, la collaboration avec les pêcheurs et un travail de communication avec les autorités locales. Grâce à cette mobilisation, la colonie composée d’une centaine d’individus en 1998 compte aujourd’hui 330 phoques et s’enrichit chaque année de 80 naissances.

  • Saviez-vous que Marineland participe depuis 1999 à des actions visant à protéger les mammifères marins présents en milieu naturel ?

    En effet, la première association historique du zoo Marineland baptisée RIMMO (Réserve Internationale Maritime de Méditerranée Occidentale) faisait partie, dès les années 1990, d’un collectif composé d’associations et d’organisations scientifiques mobilisées pour faire établir des lois de protection spécifique à la Méditerranée et aux cétacés. Ces efforts conjoints ont été récompensés par la signature de l’accord pour la création du sanctuaire Pelagos, un espace maritime protégé pour préserver la vie aquatique et les cétacés, entre la France, Monaco et l’Italie en 1999. Cet espace maritime représente 87 500 km², on estime d’ailleurs qu’elle rassemble 18% des espèces marines mondiales, ce qui en fait un joyau de la biodiversité de notre planète.

  • Saviez-vous que les dauphins et les orques présents à Marineland permettent aux scientifiques de venir en aide à leurs congénères en milieu naturel ?

    Depuis sa création en 1950, Marineland a permis de réaliser de nombreuses études scientifiques concernant les espèces accueillies dont les cétacés. Les recherches ex-situ concernent souvent les compétences cognitives des cétacés difficiles à évaluer en milieu naturel.  Marineland a ainsi permis d’étudier :  l'audition des orques en partenariat avec l'Institut océanographique de Woods Hole et l'Université de St Andrews en Écosse, l'auto-identification des orques en collaboration avec un spécialiste de l'éthologie cognitive à l'Université de Paris, les compétences chémosensorielles (goût et odorat) du dauphins avec le CNRS et l’Université de Montpellier (voir l’étude 1) , les capacités d’imitation des sons et des comportements chez les orques avec une Université au Chili (voir l’étude 2). D’autres études, cette fois-ci plutôt vétérinaires, permettent non seulement de parfaire nos connaissances et notre compréhension des cétacés en institutions zoologiques mais également de contribuer à la conservation de ces espèces en milieu naturel.  Une étude a par exemple permis d’évaluer les niveaux de pollution détectés chez les cétacés afin de contrôler le niveau de contamination des cétacés dans le sanctuaire Pelagos. Récemment, un projet de Recherche d'évaluation de la capacité de créativité des orques est mené avec des scientifiques américianes et s’intitule « BE CREATIVE ».  

  • Saviez-vous de nombreux projets de Recherche sont menés par l’Association Marineland en collaboration avec des institutions scientifiques françaises ?

    L’Association Marineland a été créée pour développer, promouvoir et favoriser la conservation des espèces animales et sensibiliser le grand public à l’environnement marin. Un exemple concret d’action menée dans ce sens ? L’association a créé le « Centre de Réhabilitation de la Faune Sauvage » consacré à la sauvegarde des tortues marines trouvées blessées ou échouées dans les Alpes-Maritimes et du Var. L’Association Marineland et la commune d’Antibes sont engagés aux côtés de l’association Cedre autour d’un programme de surveillance des macro-déchets accumulés dans l’environnement marin : CLEAN & COLLECT. Après avoir collecté les déchets, nous les trions, les analysons et les classons dans un objectif d’enrichissement des données nationales permettant d’alimenter les politiques publiques en matière de déchets marins. L’Association Marineland en collaboration avec la ville d’Antibes et les Aquanautes a également lancé en janvier 2020 un programme de conservation nommé NATURASCAN. Sa mission est d’évaluer la présence et la répartition de la mégafaune marine et des déchets flottants au sein du site Natura 2000 « Baie et Cap d’Antibes- Iles de Lérins ». Une des caractéristiques de ce site est d’abriter dans son extension au large, des canyons atteignant plus de 1500 mètres de profondeur, propice à la présence des mammifères marins. Des observateurs embarquent chaque mois sur le bateau de l’Association Marineland et effectuent des observations selon un protocole précis sur une surface d'étude de 72.5 km2

  • Saviez-vous que la communauté scientifique internationale préconise une approche concertée associant les institutions zoologiques aux travaux de Recherches pour la conservation des dauphins et marsouins ?

    Les scientifiques du monde entier appellent à une approche sociétale globale et intergouvernementale impliquant tous les acteurs pour stabiliser la perte de biodiversité et œuvrer à sa reconstitution d’ici 2050. Dans ce cadre, l'organisation de conservation la plus prestigieuse au monde, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), a récemment recommandé une approche globale et concertée des actions de conservation pour la protection des dauphins et des marsouins, associant des experts mondiaux travaillant dans les habitats naturels et ceux travaillant dans des environnements protégés tels que les zoos. Les universitaires, biologistes, vétérinaires et autres scientifiques du monde entier reconnaissent la valeur et le besoin grandissant de recherches scientifiques approuvées par des pairs dans des structures telles que les zoos afin d’aider à la conservation du milieu naturel.

  • Saviez-vous que Marineland est très fortement impliqué dans des projets de conservation sur le plan local grâce à l’Association Marineland ?

    Grâce à son association, Marineland s’implique activement dans de nombreux projets locaux de conservation des espèces. Les projets in-situ et ex-situ actuellement en cours sont : la prise en charge de tortues de méditerranée malades ou blessées afin de les remettre en mer à l’issue de leurs soins, le nettoyage des plages du Cap d’Antibes dans le cadre d’un programme scientifique en collaboration avec l’Association Cedre, la conservation du phoque moine de Méditerranée ou le suivi de la mégafaune marine dans la zone Natura 2000 « Baie et Cap d’Antibes - îles de Lérins ».

  • Saviez-vous que la participation à des programmes de conservation est l’une des trois missions essentielles des zoos européens ?

    Selon la législation européenne, les institutions zoologiques doivent s'engager dans des activités de conservation, les 2 autres missions étant l’Education et la Recherche. Par conservation, la "directive sur les jardins zoologiques" de l'UE entend soit la participation à la recherche scientifique, soit la formation de personnel qualifié, soit l'échange d'informations ou la participation à des programme d’élevage d'animaux. En plus de sa mission prioritaire qui est d’assurer la bonne santé et le bien-être et des animaux, le zoo Marineland Côte d’Azur mène de nombreux projets en matière d’Education, Recherche et Conservation. 

  • Saviez-vous que les institutions zoologiques telles que Marineland sont des lieux importants pour la Recherche scientifique ?

    Marineland accueille des universitaires et des étudiants pour leur permettre de mener des recherches ou tout autre projet éducatif. L’environnement contrôlé et la facilité d’accès aux dauphins à Marineland permettent aux chercheurs de conduire des études qui seraient impossibles en milieu naturel mais qui peuvent informer et aider à la conservation des cétacés en milieu sauvage.

  • Saviez-vous que Marineland au travers de son Association permet d’acquérir des connaissances précieuses sur les tortues de Méditerranée ?

    L’Association a créé depuis 2012 une campagne de science participative Obstortuemed qui invite tous les usagers de la mer à signaler la présence d’une tortue marine. Le programme ObsTortueMed, au travers de ses trois volets, observations en mer, échouages/autopsies et prise en charge des animaux en difficulté au CRFS, permet non seulement d’assurer une veille sur les tortues marines du large de nos côtes afin d’assurer un suivi de l’évolution de l’état des populations (identification, distribution, répartition) mais également d’identifier la nature des menaces qui pèsent sur ces populations fragiles. Les données collectées permettent d’orienter et d’adapter les politiques de conservation qui visent à protéger l’espèce. Mieux connaître pour mieux protéger. Le programme ObsTortueMed s’engage aux côtés du Réseau Tortues Marines de Méditerranée Française.  

  • Saviez-vous que Marineland est l’un des pionniers dans la reproduction d’espèces de poissons tropicaux ?

    Marineland est à la pointe en termes de reproduction pour les poissons qui n'ont jamais fait l'objet de programmes de reproduction en Europe. Reconnu de par le monde entier pour maîtriser la reproduction naturelle des requins gris en aquariums, Marineland a encore innové et développé de fortes compétences dans la reproduction de plusieurs espèces de poissons tropicaux qui jusqu’alors étaient majoritairement prélevés en milieu naturel (le poisson rasoir Aeoliscus strigatus et le Gramma dejongi, un poisson de récif presque inaccessible, ainsi que le Pseudanthias squamipinnis). De par le réseau tissé depuis des années entre les professionnels de l aquariologie, les poissons issus de ce programme de reproduction peuplent des nombreux autres aquariums. Marineland et son équipe d’aquariologistes sont fiers d’agir et d’innover pour une aquariologie durable et d’ainsi apporter leur pierre à l’édifice.

  • Saviez-vous que la quasi-totalité des dauphins présents aujourd’hui dans les zoos français y sont nés ?

    Sur les 21 dauphins présents en France, 19 sont nés en parcs zoologiques. Lùa née à Marineland le 8 mai 2020 représente même la deuxième génération née en zoo, puisque ses deux parents sont eux aussi nés en institutions zoologiques.

  • Saviez-vous que les dauphins nés à Marineland sont tous issus de reproduction naturelle ?

    Tous les dauphins nés à Marineland ont été conçus naturellement et sont donc les petits des pères et mères de leur groupe social. D'autres zoos mènent des recherches sur l'insémination artificielle afin de relever les défis futurs en matière de conservation de l’espèce. L'insémination artificielle est par ailleurs un moyen de maintenir la diversité génétique des animaux sans avoir à déplacer les mâles d’un parc à l’autre.

  • Saviez-vous que les dauphins en France font partie d'un des programmes de gestion des espèces les plus performants d’Europe ?

    La population de dauphins en Europe est génétiquement saine grâce à une coopération des parcs animaliers dans le cadre d'un programme unique de gestion des dauphins. Le Programme EEP dédié aux grands dauphins (Tursiops truncatus), géré par l’Association Européenne des Zoos et Aquariums (EAZA), est l'un des 400 programmes de ce type, et figure parmi les plus efficaces pour soutenir la viabilité de la population à long terme. Source :  Association européenne des zoos et aquariums « De l’'importance des programmes de gestion et de reproduction des espèces au sein des institutions zoologiques » (2017).  EN SAVOIR PLUS SUR LES PROGRAMMES DE L'EAZA

  • Saviez-vous que les scientifiques peuvent suivre le déplacement des phoques moines après leur réintroduction en mer ?

    Au début du printemps, de jeunes phoques moines de Méditerranée sont parfois séparés de leur mère et se retrouvent égarés sur les plages de Grèce, du Portugal et d'autres pays. Ces animaux sont sauvés et réhabilités avec le soutien d'ONG et de zoos. Avant leur réintroduction en mer, les phoques moines sont équipés temporairement d’un dispositif radio afin que les scientifiques puissent les suivre et intervenir si nécessaire. Les différentes données récoltées par les balises permettent également de mieux comprendre les menaces qui pèsent sur leur survie. L'appareil est conçu pour se détacher des animaux remis en mer au bout du temps nécessaire pour conclure au succès de l’opération.

  • Saviez-vous que les scientifiques s’appuient sur les recherches menées dans les zoos pour mieux comprendre les cétacés en milieu naturel ?

    En 2021, 160 scientifiques originaires de 22 pays et rattachés à 120 universités et instituts de recherche ont affirmé, dans une déclaration commune, le rôle essentiel des études réalisées sur les cétacés hébergés dans des zoos et à l’origine de la grande majorité des connaissances dont nous disposons sur leur perception, leur physiologie et leur développement cognitif. Selon ces scientifiques, une compréhension complète des cétacés nécessite de combiner des études in situ (dans la nature) et ex situ (en institution zoologique). La Déclaration confirme que les travaux réalisés en institutions zoologiques ont notamment permis de faire avancer la recherche sur l'écholocation, la bioacoustique, la capacité des cétacés à réduire leur sensibilité auditive aux sons forts entrants, le cycle œstral et période de reproduction, ou encore leur personnalité ou leur comportement.

  • Saviez-vous que la plus ancienne publication scientifique dédiée à l’étude des cétacés est proposée par l’association professionnelle EAAM ?

    Dès 1972, l’association européenne pour les mammifères aquatiques (EAAM) a entrepris de compiler la recherche scientifique disponible sur les cétacés afin d’en tirer le meilleur profit pour la conservation des espècesAquatic Mammals, la publication scientifique la plus ancienne dédiée à l’étude des cétacés permet aux experts en mammifères marins du monde entier de publier et de bénéficier d’articles scientifiques de leurs pairs reprenant tous les aspects des soins, de la conservation, de la médecine et de la science des mammifères aquatiques dans les zoos et dans le monde sauvage. Grâce aux nombreux travaux et données partagés par ce biais au sein de la communauté scientifique, il est possible, par exemple, de créer des modèles pour établir des programmes de reproduction d’espèces menacées.

Apports sociaux et économiques

  • Saviez-vous que Marineland était un acteur local majeur en région PACA pour l’économie, l’emploi et la formation ?

    Marineland compte 170 emplois à temps plein et est plus grand employeur saisonnier des Alpes-Maritimes. Une étude de l'impact économique du parc réalisée en 2019 montre qu'avec une moyenne de 850 000 visiteurs par an, Marineland génère un revenu de 97,3 millions d'euros pour la région (via les taxes, salaires, emplois locaux, opportunités d'emploi et impact économique indirect), grâce aux visiteurs venu du monde entier pour visiter le parc, soit l’équivalent de la contribution des ports de Cannes ou de Nice sur l’activité économique des Alpes-Maritimes. Source : Etude de l'impact économique de Marineland (mars 2019).

  • Saviez-vous que Marineland facilite l’entrée des jeunes dans la vie professionnelle ?

    Marineland favorise le passage à la vie active des jeunes de la région en embauchant chaque année plusieurs centaines de saisonniers dont un quart d’entre eux vivent leur première expérience professionnelle. Le parc accueille également chaque année près de 40 jeunes stagiaires en formation dans le monde animal. Marineland contribue aussi à la formation des jeunes stagiaires d’écoles vétérinaires dans le cadre de partenariats.

  • Saviez-vous que Marineland participe au dynamisme économique de la région en faisant appel à des fournisseurs locaux ?

    Marineland sollicite chaque année plusieurs centaines de fournisseurs pour assurer le bon fonctionnement du parc et garantir des conditions de vie optimales pour les animaux. Ces fournisseurs sont implantés en majorité en France et plus du tiers est situé dans les Alpes Maritimes (données 2018).

  • Saviez-vous que Marineland attire des visiteurs de toute l'Europe et au-delà ?

    En ayant accueilli près de 29 millions de visiteurs depuis sa création, Marineland constitue un espace éducatif mais aussi touristique majeur. Plus de 40 % des visiteurs de Marineland viennent d'autres pays ce qui permet à Marineland de sensibiliser des familles du monde entier à la conservation de la biodiversité marine et au respect de la nature.

  • Saviez-vous que Marineland est le plus grand employeur saisonnier des Alpes-Maritimes ?

    Marineland compte 170 emplois à temps plein et embauche jusqu'à 500 saisonniers pendant l'été, ce qui en fait le plus grand employeur saisonnier des Alpes-Maritimes. Les visiteurs du parc contribuent également à développer l'économie et l’emploi dans la région et le parc est considéré comme un pilier économique de la Côte d’Azur. Source : Etude de l'impact économique de Marineland (mars 2019)

  • Saviez-vous que Marineland mène de très nombreuses actions solidaires… et depuis très longtemps ?

    Depuis plus de 25 ans, Marineland accueille gracieusement chaque année des enfants gravement malades ou en situation de handicap pour leur permettre de vivre leur rêve ! D’une approche des dauphins en passant par une journée avec les otaries ou un moment privilégié avec les orques, les équipes de Marineland sont toujours enthousiastes à l’idée d’accueillir ces enfants et tenter de s’approcher au mieux de leur souhait !

    Marineland mène depuis longtemps des actions solidaires (Make a Wish, Dreamnight at the Zoo, les oubliés des vacances, Journée Internationale de l’Autisme, Tombolas des écoles et associations, etc.) en partenariat avec le monde associatif. 

Billet adulte / jour

24,90 €