• Marinelandm
Jeudi, mars 16, 2017 - 20:21

Contexte

Taiji est un bourg appartenant à la préfecture de Wakayama au Japon. Située au bord de l’océan Pacifique il est reconnue comme une ville baleinière depuis le 17ème siècle.

Une violente chasse au harpon sur les cétacés (principalement des dauphins) y est organisée chaque année à partir du 1er septembre jusqu’en décembre par les dirigeants de Taiji. Ces derniers affirment qu’ils pratiquent une pêche traditionnelle et ancestrale. Les dauphins sont apeurés et rabattus vers la baie. Environ 20.000 dauphins sont ainsi massacrés chaque année pour leur viande.

Au cours de cette chasse, les plus beaux et rares spécimens sont isolés pour être capturés. Ils sont ensuite revendus à des aquariums.

A Taiji, la vente de la viande d’un dauphin revient à 600$, la vente de la capture peut pour sa part atteindre 150 000$.

La position de Marineland face aux captures: https://www.youtube.com/watch?v=581OvFkGWpc

Il est primordial de préciser que cette pratique n’est en aucun cas tolérée ni réalisée par Marineland.

Les dauphins arrivés à la création de Marineland en 1970 sont venus de Floride à une époque où les captures étaient réglementées par la loi. Ces derniers se reproduisent dans le parc depuis 3 générations, ainsi, aucun dauphin présent à Marineland ne provient de Taiji !

Le parc fait partie de l’EAAM (European Association for Aquatic Mammals), qui s’est clairement opposé aux pratiques de Taiji dans une déclaration signée à Antibes en 2007, à Marineland ! Aucun parc appartenant à cette organisation ne possède de dauphin en provenance de Taiji.

Une règlementation stricte en faveur de la protection des cétacés

En 1977, la France signe la Convention de Washington (également appelée CITES) qui protège les cétacés et interdit formellement de les capturer, de les tuer et de les vendre.

Marineland suit et respecte cette réglementation. Le Parc accueille de nombreuses espèces protégées et est en étroite relation avec tous les organismes de contrôle régionaux, nationaux et internationaux*.

Cependant, certains pays tels que le Japon refusent de reconnaître les accords et réglementations votés au niveau international. Ces pays persistent donc à chasser et à capturer des cétacés.

Marineland contribue à la préservation des animaux dans leur milieu naturel.

En 1998 Marineland crée le CRC (Centre de Recherche sur les Cétacés), qui réunit des chercheurs scientifiques autour des animaux marins. Depuis 2011, avec la création de la Fondation Marineland, le parc s’engage dans la protection de la biodiversité marine et met des moyens concrets au service de la conservation du monde marin. La Fondation collabore par exemple avec le RTMMF (Réseau des Tortues Marines de Méditerranée Française) en intervenant dans les Alpes Maritimes et le Var avec le double objectif d’évaluer la présence des différentes espèces de tortues sur nos côtes, et d’inciter la population à signaler à la Fondation la présence d’une tortue en difficulté afin que nos spécialistes puissent intervenir pour lui porter secours.

L’évolution de la situation à Taiji

Le 22 avril 2015, la WAZA (Association Mondiale des Zoos et Aquariums) prend la décision de suspendre l’adhésion de la JAZA (Association Japonaise des Zoos et Aquariums) suite au refus de cette dernière d’interdire à ses aquariums membres de se procurer des dauphins à Taiji.

Le 20 mai 2015, JAZA transmet un courrier à la WAZA dans lequel l’association s’engage à respecter l’interdiction d’acheter des dauphins capturés dans la baie de Taiji.

Cependant les habitants de Taiji, qui considèrent la chasse au dauphin comme une tradition ancestrale, ne prévoient pas de l’arrêter. Des exports de dauphins capturés peuvent encore se faire en Asie et en Russie notamment. Aucun dauphin issu de ces captures ne rentre dans les parcs européens membres de l’EAAM.

*Exemples de réglementations de contrôle : Convention de Washington, Convention sur la Conservation des Espèces Migratrices, Convention de Berne, Accord du sanctuaire de Pelagos, etc.