Home > Actualites > La 12ème tortue soignée par le CRFS de l’Association Marineland est remise à l’eau > La 12ème tortue soignée par le CRFS de l’Association Marineland est remise à l’eau

  • La 12ème tortue soignée par le CRFS de l’Association Marineland est remise à l’eau
Mercredi, mai 20, 2020 - 09:21

Noémie a repris la mer le mercredi 6 mai.  C’est déjà la douzième pensionnaire du C.R.F.S. depuis son ouverture en juillet 2017.

Retour sur son parcours

Le 09 février dernier, Le Club de Plongée Six-Fournais sensibilisé par l’Association Marineland lors des campagnes annuelles Obstortuemed auprès des usagers de le mer, a eu le bon réflexe.  En effet, dès la découverte de l’animal inerte et blessé, les membres du club de plongée ont composé le numéro d’urgence dédié aux tortues marines en difficulté.  Grâce à la coordination des plongeurs, de l’institut Océanographique Paul Ricard et des agents de la Capitaineries des Embiez, le réseau Tortues Marines de Méditerranée Française (RTMMF) s’est mobilisé et a déterminé le centre de soin le plus proche pour prendre en charge l’animal.

C’est Sidonie Catteau1 qui s’est rendue dans le Var pour rapatrier cette douzième pensionnaire.  L’équipe de bénévoles et les vétérinaires de Marineland ont pu directement procéder au bilan de santé afin de déterminer les soins à apporter à cette nouvelle patiente. L’examen médical a révélé de sérieux ulcères aux yeux (traumas importants au niveau de la conjonctive de ses deux yeux avec des larmes de sang), plusieurs plaies au bec et sur la langue, une température corporelle basse (en deçà de 13 degrés) ainsi qu’un niveau de stress élevé.  Une prise de sang, une réhydratation intensive, des injections de vitamines et d’anti-inflammatoires ont rapidement été pratiquées. Ensuite, et comme le protocole d’entrée au C.R.F.S. le préconise, une radiographie a été faite pour compléter l’évaluation de la santé de l’animal. La tortue de 37 kg, de loin la plus grosse que le centre ait recueilli, a longtemps refusé de s’alimenter.  De nombreuses espèces de poissons et crustacés lui ont été proposées sans pour autant que l’appétit ne reprenne. Une gastroscopie et une coloscopie ont alors été pratiquées afin de vérifier si le tractus digestif de l’individu n’était pas obstrué par des déchets plastiques comme cela arrive régulièrement malheureusement. Ces examens n’ayant pas révélé d’anomalies particulières, les bénévoles se sont armés de patience et d’ingéniosité pour rendre l’appétit à cette Caretta si difficile à satisfaire en terme d’alimentation…  Leur obstination a payé puisque c’est en lui proposant tout d’abord des oursins, des coquillages et finalement des bulots entiers qu’enfin Cc12 a repris une alimentation régulière.  Ayant complètement retrouvé sa santé, la cicatrisation des plaies au niveau des yeux terminée et s’étant assuré que notre patiente avait recouvré la vue, il était donc temps de baisser la température de l’eau du centre de réhabilitation pour éviter un trop grand écart de température avec celle de la mer le jour du grand retour au milieu naturel.

Tous les feux étaient au vert ! Température OK, derniers examens OK, puce électronique OK, prise de données pour plusieurs programmes de recherche scientifique OK, autorités prévenues et surtout « petit nom » attribué par le club de plongée, Noémie était prête à regagner le large !

C’est en plein confinement début mai que Noémie a embarqué sur la vedette de la SNSM, fidèle à chaque relâcher.  Elle a été remise à l’eau à 6 miles nautiques au large du Centre de Réhabilitation de la Faune Sauvage, entourée de toute l’équipe des sauveteurs, de Sidonie1 et de Didier Laurent2.

Comme à chaque événement de ce type, le photographe et cinéaste bénévole de l’Association Marineland, Stéphane Jamme (@steph_aquanaute), était là. Son œil bienveillant a une fois de plus permis d’immortaliser cet instant unique rempli d’émotions…

Longue vie à toi Noémie…

 

A quoi correspondent tous ces acronymes ??? !!!

  • A propos du CRFS (Centre de Réhabilitation de la Faune Sauvage)

Le CRFS est géré par l’Association Marineland.  Il bénéficie à ce titre d’une capacitaire et chef de projet Tortues marines, d’une équipe aguerrie de bénévoles mais également des compétences et moyens de l’équipe vétérinaire de Marineland.  Il est issu d’un partenariat avec la Commune d’Antibes et le Conservatoire du Littoral et est hébergé par l’Espace Mer et Littoral de la ville d’Antibes Juan les Pins, au milieu de 2.2 ha de pinède dans le cadre enchanteur de la Batterie du Graillon. Il accueille des tortues marines échouées ou trouvées en difficulté sur les côtes des Alpes-Maritimes et du Var.  Le C.R.F.S. est membre de l’UFCS et du RTMMF.

  • A propos du RTMMF (Réseau Tortue Marine de Méditerranée Française)

Le RTMMF est la seule instance habilitée à former des observateurs autorisés à intervenir sur les tortues marines fréquentant les eaux méditerranéennes françaises. Avec ses partenaires scientifiques, institutionnels, associatifs ou organismes internationaux comme MedTurtle et l’IUCN, le RTMMF participe à l’amélioration de la connaissance et de la conservation des tortues marines. Les missions du RTMMF sont prolongées par les interventions des centres de soins du CestMed au Grau du Roi, du CRFS à Antibes et de CARI en Corse, chargés de recueillir les tortues vivantes nécessitant des soins avant de les relâcher en mer lorsque leur état ne présente plus de risque pour leur survie.

  • A propos de l’UFCS (Union française des Centres de Sauvegarde de la faune sauvage)

Les 31 centres composant l’Union française des Centres de Sauvegarde de la faune sauvage (UFCS) recueillent partout en France les animaux sauvages, blessés, malades, mazoutés ou en difficulté pour les soigner en vue de les relâcher dans leur environnement naturel.

« L’Union française des Centres de Soins (UFCS) comme le Réseau Tortues Marines de Méditerranée Française (RTMMF) sont extrêmement actifs et importants. Au-delà de soigner les animaux sauvages en vue de les relâcher, ces réseaux participent aux programmes de préservation d’espèces menacées dans leurs milieux.

  • A propos de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer)

La société nationale de sauvetage en mer (SNSM) est une association française, reconnue d'utilité publique. Elle a pour vocation de secourir bénévolement et gratuitement les vies humaines en danger, en mer.  Son financement est très majoritairement assuré par la générosité du public (dons, legs) et de partenaires privés (mécénat).

Les usagers de la mer sont invités à contacter l’Association Marineland s’ils rencontrent une tortue en difficulté.

Une permanence est assurée 7/7j au 06 16 86 26 86.

(1) Sidonie Catteau : Chef de projet « Tortues marines » de l’Association Marineland et capacitaire du CRFS

(2) Didier Laurent : Gestionnaire du site Natura 2000 " Baie et cap d'Antibes - Iles de Lerins" et des sites Antibois du Conservatoire du Littoral.