• Marineland
Jeudi, mars 16, 2017 - 18:55

Flocke et Rasputin ont été accueillis au Parc Marineland en 2010 dans le cadre du programme Européen d'Elevage des Espèces menacées (EEP – European Endangered Species Programme).

Présents depuis bientôt 5 ans dans un espace spécialement créé pour eux, ils ont donné naissance le 26 novembre 2014, à une oursonne « Hope » qui renouvelle le succès du Parc en matière de reproduction.

Les femelles portent généralement 1 à 2 oursons tous les 3 à 4 ans. En milieu naturel, le taux de mortalité des oursons est de 50% et est causé par des maladies, des prédateurs, il arrive également que les mâles  tuent leurs oursons).
C'est pourquoi la mère et son petit ont été placés dans un espace de vie éloigné du père. Flocke se montre particulièrement proche de son ourson et veille à son bien-être et à sa sécurité.

A l’espace Marineland, les ours polaires bénéficient d'un espace de vie adapté à l'espace Marineland : 2200m² d'espace, 2 grottes réfrigérées avec de la glace,  un système de bassins d’eau de mer naturelle maintenue à 14°C toute l’année unique en Europe toute l’année, et des grottes climatisées. Ces espaces de vies ont été conçus dans le but d’assurer la reproduction des ours polaires avec succès.

Flocke et Raspoutine sont nés dans des zoos européens et ne souffrent donc pas du climat. Pas plus qu'un ours brun par exemple. Ils sont capable de réguler la température de leur corps, ils aiment prendre des bains de soleil, font de nombreuses baignades dans une eau fraîche et aiment prendre leur repas dans les grottes climatisées.

L'ours polaire peut avoir un comportement répétitif dans les zoos (appelé communément « le tic à l'ours »). Il a besoin d'être très souvent actif, c'est pourquoi le Parc procède à l'enrichissent du milieu, qui permet d'avoir des interactions avec les animaux et d'apporter des changements dans son environnement. Des jouets et de la nourriture, sont cachés dans l'espace de vie des ours. Les soigneurs réalisent des interventions impromptues dans leur espace de vie afin de solliciter leur activité mentale et physique et de varier leur quotidien.

Le réchauffement climatique provoque la disparition de la banquise, habitat naturel des ours blancs. La fonte des glaces génère la disparition de sa principale source de nourriture (le phoque) et menace l'espèce d'extinction. Mais la famine n'est pas la seule précarité de vie des ours polaires. Bien que bons nageurs, les distances qu'ils doivent parcourir entre 2 blocs de glaces s'étendent de plus en plus, provoquant la noyade chez certains individus.

A terme, les organisations internationales de conservation des espèces déclarent que les parcs zoologiques représentent le dernier refuge de cette espèce particulièrement menacée. En effet, de nombreux chercheurs estiment que d’ici à 2050, les deux tiers de la population des ours polaires pourraient disparaître.